Climate Tracker - Tracking international climate change negotiations

Par Arthur Wyns et Llewelyn Buidin

Le réseau d’innovation climatique le plus grand d’Europe donne la chance à des jeunes personnes de développer des idées d’entreprise qui lutte contre le changement climatique. Est-ce que une approche d’entreprise peut offrir des solutions pour le changement climatique à la génération suivante ?

L’entrepreneuriat du changement climatique est une branche rapidement croissante dans le monde de l’entreprise contemporain. Les problèmes de changements climatiques et environnementaux font de plus en plus partie de notre quotidien, avec d’un côté la population mondiale atteignant 11 milliard et de l’autre une température moyenne globale augmentant déjà plus d’un degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Du Cameroun à la Thaïlande et des États-Unis à l’Australie, les gens font face à des événements météorologiques extrêmes, des pénuries de nourriture et d’eau, la gestion des déchets, l’urbanisation et la surpopulation. « La science du changement climatique est incontestable, mais le problème semble souvent si loin de la vie quotidienne que les organisations ont eu pendant beaucoup d’années du mal à impliquer les citoyens, » dixit Ebrahim Mohamed, Directeur de l’éducation à la Climate-Knowledge and Innovation Community (NdT Communauté pour la connaissance du Climat et L’innovation).

Un atelier d’innovation lors d’un des voyages que Climate KIC organise en Europe chaque été.

Vivre dans des temps de défis environnementaux est un stimulus motivant pour des changements respectueux du climat et de l’innovation. Pour les jeunes gens dans nos sociétés, un environnement propre n’est considéré comme acquis et un climat statique non plus. Du changement est prédit, attendu, et c’est avec une conscience grandissante de la jeunesse moderne que des alternatives respectueuses du climat sont encouragées. À la recherche de solutions durables à des problèmes de tous les jours. Climate-KIC, le réseau d’innovation public-privé le plus grand d’Europe, encourage sa jeunesse à proposer des idées qui défient et changent la manière dont on consomme, utilise les transports et vit.
Cet été, sept groupes de 40 jeunes personnes de tous les coins d’Europe, avec des vécus et des intérêts très différents, se sont rassemblés pour participer à l’évènement pour l’innovation et l’action climatique le plus grand du continent : la Climate-KIC école d’été, ou Climate Journey. Pendant un périple de cinq semaines, ces groupes de jeunes gens ont reçu un encadrement intensif d’expert en innovation et entreprise. Ils ont voyagé dans différentes capitales de l’innovation en Europe pour découvrir des pratiques durables émergentes. Un groupe, par exemple, a voyagé des vergers de Bologne en Italie, à Munich, centre de l’innovation d’entreprise en Allemagne, pour finir leur parcours à Helsinki en Finlande, où ils ont présenté brièvement le projet qu’ils ont développé le long du voyage à un jury d’entrepreneurs et hommes d’affaires. Les sept autres groupes qui ont été guidé à travers l’Europe ont suivi un trajet similaire, voyageant de ville en ville et cultivant une idée novatrice jusqu’à un plan d’affaires concret.

L’une des startups issues de Climate-KIC, Aponix, a développé des unités de jardinage verticales qui peuvent être utilisées dans la ville.

 

C’est la septième année que Climate-KIC organise des Voyages d’Innovation. Ils aspirent à créer une Communauté de Connaissance croissante et d’Innovation. Après l’achèvement des projets, les groupes qui ont imaginés les projets les plus innovants sont guidés à travers un « accélérateur de start-up ».-, cultivant leurs idée perçante initiale ers une start-up commercialement viable qui combat un problème de changement climatique. Maintenant, Climate-KIC a vu grandir plus de 300 de ces projets initiaux en de start-ups adultes. Parmis la progéniture fructueuse de Climate-KIC, on retrouve Aponix, une compagnie fournissant des unités de micro-agriculture urbaine, Aeropowder, uneinitiative qui transforme les déchets de plumes de poulet en additifs durables, et Ecoligo, une platforme de financement pour des projets solaires dans des pays en développement.

 

« Le concept Climate-KIC est basé sur l’idée que tout le monde peut contribuer à créer la transformation nécessaire vers une version décarbonisé et plus durable,» dit Julia Rawlins, la responsable en chef de l’Éducation à Climate-KIC. « Il y a déjà beaucoup d’histoires positives sur les initiatives qui font de grand changement, et elles méritent d’être racontées. » Il y a un besoin tellement important d’histoires positives de nos jours. Même plus que de trouver des solutions pragmatiques à des problèmes actuels, nous essayons d’attiser l’imagination : À quoi voulons-nous que notre futur ressemble et quelles sont les étapes nécessaire à effectuer pour y arriver »

Traditionnellement, il y a un cycle d’attention aux problèmes quand ils rentrent dans la conscience publique Une formulation plutôt célèbre par Anthony Downs en 1972 le présente comme un processus à cinq étapes qui peuvent durer plusieurs jours, mois, jusqu’à des années. Ça implique la stimulation de l’action du gouvernement par le public, l’éventuelle changement dans la compréhension d’une problématique, et la fondation de structures permanentes qui continuent de favoriser des solutions longtemps après que le problème lui-même a quitté le stade précoce et plus dramatique du cycle d’attention. Depuis les années ’70, le problème du changement climatique est devenu un des problèmes les plus urgent sur l’agenda global.

 

C’est encourageant que a prise de conscience du climat est en train de s’enraciner dans les structures de l’innovation en entreprise et le développement, s’établissant comme une installation permanente dans les accords privé, politique et d’affaires. Pour la jeunesse d’aujourd’hui, l’idée du changement climatique n’est plus un problème passager dans la conscience publique, mais de plus en plus une réalité qui pose un défi à remonter, et si le travail à Climate-KIC est d’aucune indication, ils sont plus qu’à la hauteur du défi.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply